CIMON


CIMON
CIMON

CIMON (apr. \CIMON 510-\CIMON 450)

Homme d’État athénien, fils de Miltiade, le vainqueur de Marathon. Après une jeunesse difficile, Cimon combat à Salamine (\CIMON 480) et participe à l’expédition navale de \CIMON 478, qui voit le commandement des Grecs sur mer passer des Spartiates aux Athéniens. Aussitôt après la constitution de la ligue de Délos (\CIMON 477), il en devient le principal chef militaire. Il entreprend de chasser les garnisons perses de Thrace, s’empare d’Éion (\CIMON 476), purge la mer Égée de ses pirates en occupant leur repaire de Skyros (\CIMON 475 env.). En \CIMON 469, il est à la tête d’une flotte importante qui fait entrer dans la ligue plusieurs cités des côtes méridionales de l’Asie Mineure et remporte sur les Perses une victoire retentissante à l’Eurymédon, où deux cents trières ennemies sont prises ou détruites.

À ce moment, sa popularité est à son comble, tant à Athènes, où l’on apprécie son humanité, ses largesses (et aussi ses fredaines) de grand seigneur, la gloire et les profits que ses victoires rapportent à la cité, que parmi les alliés qu’il traite avec équité et familiarité. Mais cette popularité ne tarde pas à décliner. Les alliés commencent à se lasser d’opérations militaires sans fin et du poids croissant de la prépondérance athénienne. Leur mécontentement va jusqu’à la sécession: c’est le cas de Naxos (\CIMON 470) et de Thasos (\CIMON 465). Cimon se charge de les ramener à l’obéissance par la force, et cela sans ménagement. Son prestige en souffre. Dans la cité aussi l’opposition grandit. Un parti, conduit par Éphialtès, réclame l’élargissement du pouvoir démocratique des propriétaires fonciers à tous les citoyens, contre le vœu des conservateurs dont Cimon est le champion. L’orientation de la politique étrangère constitue aussi un motif de discorde: grand admirateur de Sparte, Cimon entend consacrer toute la puissance militaire athénienne au développement de l’impérialisme maritime, laissant l’hégémonie continentale à Lacédémone. Ses adversaires préconisent un impérialisme global qui vaudrait à Athènes une primauté sans partage.

C’est ce dernier problème qui provoque la chute de Cimon. Sparte, menacée dans son existence par un tremblement de terre catastrophique et par une révolte des hilotes (\CIMON 464), fait appel à ses alliés, dont Athènes. Après un débat dramatique, Cimon se fait envoyer avec un gros contingent d’hoplites (des conservateurs) au siège du mont Ithôme où s’étaient retranchés les hilotes rebelles (\CIMON 462). Profitant de leur départ, Éphialtès fait voter les réformes qu’il souhaitait. Mis en échec sur le plan politique, Cimon connaît aussi l’insuccès sur le terrain militaire: il n’arrive pas à enlever l’Ithôme. Rendus soupçonneux par les lois d’Éphialtès, les Spartiates congédient les Athéniens, seuls de tous leurs alliés. Cet affront rejaillit sur Cimon. Quand, de retour à Athènes, il réclame l’abrogation des mesures d’Éphialtès, il est condamné à l’ostracisme (\CIMON 461).

Peut-être est-il rappelé en \CIMON 457 avant le terme de son exil. Mais il ne joue aucun rôle politique jusqu’en \CIMON 451. À cette date, Athènes, sans doute par son entremise, conclut avec Sparte une trêve de cinq ans afin d’être en mesure de reprendre la guerre contre les Perses. Elle lui confie une grande flotte qui fait voile vers Chypre. Il ne semble pas qu’il connaisse de succès avant de mourir au siège de Kition (\CIMON 450). Sur le chemin du retour, cependant, l’expédition remporte une brillante victoire à Salamis de Chypre, victoire qui permet aux Athéniens de conclure en \CIMON 449 une paix honorable avec le Grand Roi.

Cimon
(v. 510 - v. 449 av. J.-C.) général athénien, chef du parti aristocratique, fils de Miltiade. Ses victoires sur les Perses en 468 et en 449 assurèrent l'indép. des cités grecques d'Asie Mineure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CIMON — Atheniensis, Miltiadis et Egesiphiles sil. liberalicate munisicenti1aque domi magis, quam militiâ clarus, quapropter Lucullo comparatur. Nam cum hostium spoliis locuples eslet, ea civibus suis distribuit, deinde amotis undique agrorum shorum… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Cimon — Cimon, so v. w. Kimon …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Cimon — (Kimon), athen. Feldherr, Sohn des Miltiades, eroberte 475 das thraz. Eïon, siegte 465 am Eurymedon, nahm den thraz. Chersones; 460 auf Betreiben seiner demokrat. Gegner verbannt, 454 zurückgerufen, schloß 451 einen Waffenstillstand mit Sparta,… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Cimon — Cimon, Sohn des Miltiades, edler Athener, glücklicher Feldherr im Perserkriege und mit Aristides der Mann, welcher die Bundesgenossen bewog, ihre Schiffe unter einen athen. Befehlshaber zu stellen; seine bedeutendste That ist der Doppelsieg am… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Cimon — Autre forme du prénom Simon, rencontrée aujourd hui surtout en Guadeloupe. On trouve en Guyane le dérivé Cimonard …   Noms de famille

  • Cimon — For other uses, see Cimon (disambiguation). Cimon Bust of Cimon in Larnaca, Cyprus …   Wikipedia

  • Cimon — /suy meuhn/, n. 507 499 B.C. Athenian military leader, naval commander, and statesman (son of Miltiades). * * * born с 510 died с 451 BC, Cyprus Athenian statesman and general. He was the son of Miltiades. A conservative, he promoted Sparta and… …   Universalium

  • Cimon —  Pour l’article homophone, voir Simon. Ostrakon portant le nom de Cimon, 486 ou 461 av. J. C., musée de l Agora antique d Athènes Cimon (en grec …   Wikipédia en Français

  • Cimón — (Kimōn) ► (m. 450 a C) General y político ateniense, hijo de Milcíades. Derrotó a los persas en Eurimedonte (468 a C). Logró la Paz de Cimón (449 a C). * * * ( 510– 451BC, Chipre). General y estadista ateniense. Fue hijo de Milcíades. De… …   Enciclopedia Universal

  • Cimon — biographical name circa 570 circa 451 B.C. Athenian general & statesman …   New Collegiate Dictionary


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.